Limoges 11° C
samedi 29 février

« Les Fous Rires » bientôt en Limousin

09h00 - 11 février 2020
« Les Fous Rires » bientôt en Limousin
Les Rabeats se produiront le 14 mars au Zénith - ©

Alors que débute 2020, Michel Goudard, le directeur fondateur d'Euterpe Box Office, revient sur les rendez-vous clés de l'année et les projets.

Info Haute-Vienne : Comment se présente la fin de la saison 2019-2020 ?

Michel Goudard : L'activité est conforme aux années précédentes avec 24 spectacles programmés, sachant que notre saison est courte, puisqu'elle va de mi-septembre à mi-mai. Cela correspond donc à plus de deux spectacles par mois « exploitable », se répartissant entre le Zénith de Limoges et l'Opéra, qui est un lieu important disposant d'une belle salle. On peut noter que nous proposons 14 des 40 manifestations qui ont lieu au Zénith, avec Messmer, Soprano, Véronic Dicaire, Patrick Bruel, la voix de Johnny... Tous ces artistes se produisent souvent à guichets fermés. Je pense également à Muriel Robin (14 février), Les Rabeats (14 mars), The Dire Straits Experience (18 mars), Christophe Maé (19 mars), Alain Souchon (3 avril), Goldmen (11 avril) ou encore Anne Roumanoff (16 mai), qui est pratiquement complet.
Pour 2020-2021, nous avons déjà deux temps forts avec Lynda Lemay, le 17 novembre au Zénith, et la tournée exceptionnelle de Patrick Sébastien avec la reprise du « Plus grand cabaret du monde », qui rassemble plus de cinquante artistes sur scène le 11 décembre au Zénith.

Info : Que répondez-vous à ceux qui se plaignent du manque de choix à Limoges ?

M.G. : En premier lieu, il est bon de préciser qu'il n'y a pas d'artistes qui boudent Limoges. Si la ville est dans le circuit de leur tournée, ils viendront. De plus, il faut savoir que la région s'est diversifiée en termes de salles de spectacle, même si évidemment un Zénith est toujours privilégié et plus confortable en matière d'accueil. Il a été établi que la zone de chalandise autour d'un Zénith est de 60 km, il n'y a donc pas vraiment de concurrence. L'éclectisme est notre marque de fabrique avec des spectacles pour tous les âges, des concerts, des one-man shows... Je me suis toujours interdit d'être un « ayatollah » de la culture. Même si un artiste n'est pas ma tasse de thé, pourquoi devrais-je interdire le public d'aller à sa rencontre ? Nous programmons des artistes confirmés, très connus comme des graines qui deviendront des pépites, telles Camille Lellouche à La Nouvelle Comédie Gallien. Nous sommes dans toute la chaîne de la fabrication du spectacle et ce, sans subvention publique.

Info : Vous avez un grand projet autour du rire en Limousin. Qu'en est-il ?

M.G. : Depuis quatre éditions, Bordeaux accueille le plus grand festival d'humour de l'hexagone avec « Les Fous Rires », qui ont un rôle de défrichage avec des artistes émergents, dont la ligne directrice est nourrie de contenu et de nouveautés. Nous avons été les premiers à programmer Blanche Gardin, dans une salle de 600 places à La Médoquine. En 2021, nous allons lancer « Les Fous Rires » en Nouvelle-Aquitaine, avec une déclinaison en Limousin. Ce tremplin permettra de repérer des artistes en devenir par des professionnels.

0 commentaires
Envoyer un commentaire